Cercles Bibliques - Apocalypse

24 - Ap 18,1-8 - Un ange annonce la chute de Babylone

 

Rencontre 25

 

1 – Une prière pour demander les lumières de l'Esprit-Saint.

 

2 – Compréhension du texte.

 

Première lecture à haute voix : Ap 18,1-3.

 

Babylone la Grande, qui est-ce ?  Un nouveau symbole pour montrer des aspects différents d'une même réalité ?  Si on dit d'une femme : c'est une lionne ou c'est une dame de fer, on veut simplement souligner des caractéristiques différentes d'une même personnalité.

 

  • De qui Jean parle-t-il avec ce nouveau symbole : Babylone la Grande ?
  • Qu'est-ce que Jean veut mettre en évidence en utilisant le titre de Babylone la Grande ?  Quelles caractéristiques de cette puissance veut-il mettre en évidence ?
  • De quelles comparaisons se sert-il pour décrire l'immoralité (la prostitution) de cette capitale ?  (V.2)
  • Pour montrer l'importance de la nouvelle proclamée, qu'est-ce que le texte nous dit au sujet de l'Ange qui l'annonce ?  (V.1)
  • L'Apocalypse parle de nations, de rois et de trafiquants.  Qu'est-ce qu'ils ont fait ?  (V.3)

Deuxième lecture à haute voix : Ap 18,4-8.

 

Une voix donne un ordre à un certain peuple. (V.4)

  • Quel est cet ordre ?
  • De qui est cette voix qui dit : ô mon peuple ?

Ses péchés se sont amoncelés jusqu'au ciel. (V.5)

  • Des ordres sont donnés aux anges exécuteurs des châtiments.  "Payez-la de sa propre monnaie !  Rendez-lui au double de ses forfaits !"  Selon le texte, de quelles manières la justice divine peut-elle être rétablie (V.6 et 7) ?
  • Par quelles affirmations s'expriment l'orgueil et la présomption de Babylone ? (V.7)
  • Babylone a été condamnée par la puissance de Dieu. Quels seront ses châtiments ? (V.8) Remarquer que le feu n'est pas nécessairement un feu qui tombe du ciel.  Les armées qui envahissaient une ville à cette époque, souvent mettaient le feu à tout ce qu'ils ne pouvaient pas emporter.

Ces châtiments se feront en un seul jour.  Un seul jour c'est-à-dire dans une très courte période, pas nécessairement en 24 heures.  Le langage symbolique est présent à chaque ligne.  Par exemple, je peux dire que l'empire soviétique est tombé en un seul jour, le 9 novembre 1989.  Le jour de la chute du mur de Berlin.  Même si en approfondissant les causes de la chute, on constate que l'effondrement du régime se préparait depuis plusieurs années.

 

3 – Réflexions.  Vivre notre foi.

 

Sortez, ô mon peuple, quittez-la, de peur que solidaires de ses fautes, vous ayez à pâtir de ses plaies !

Souvent dans la vie spirituelle la fuite est la meilleure défense !  Savoir fuir les occasions de pécher demande souvent beaucoup de courage.  Se tenir loin des personnes et des lieux de tentations, c'est faire preuve de prudence et de sagesse.

  • Avez-vous des exemples ?

 

4 – Un chant ou une prière inspirée par le texte biblique.

 

5 – L'Apocalypse dans les arts visuels.  Recherche sur les images d'interne.  (Bien des personnes ne savent plus ce qu'est une meule de pierre.  Pour préparer la prochaine réunion chercher sur les images d'internet : Meule de pierre.)

 

COMMENTAIRES MODERNES 

 

La chute de Rome

C´est avec une grande joie qu´est annoncée la chute de Babylone (et donc, pour l´auteur, de Rome). Les croyants qui attendent la punition encourue par cette domination impitoyable voient celle-ci s´écrouler en peu de temps. Nombreux sont ceux qui se lamentent, mais le ciel et le peuple de Dieu s´en réjouissent. (Le Nouveau Testament commenté et illustré)

Comme les anciennes villes condamnées par Dieu, Rome - Babylone - deviendra une désolation, un repaire de démons, de bêtes sauvages et d´oiseaux impurs. Le péché de la cité sans Dieu est rappelé pour insister sur la justice de sa condamnation. 

 

Quittez la cité condamnée

Les croyants quittent Babylone comme les Hébreux avaient quittés l´Égypte. Leur départ marque avant tout le refus de céder aux tentations de Rome. À cause de leur fidélité au Christ, les chrétiens sont appelés à ne pas participer à la perversité de ce monde et à trouver refuge auprès de Dieu. Le péché radical de Rome et de tous les empires païens consiste à prétendre que leur pouvoir vient d´eux-mêmes, qu´ils sont leurs propres maîtres, n´obéissant à aucune loi qui leur serait supérieure. (La Bible expliquée)